Lugne Poe

En janvier 1925, au théâtre de l’Œuvre, était créé “Le Génie Camouflé” dans une mise en scène de LUGNÉ POE, l’apôtre du symbolisme, le découvreur de Claudel, d’Isben, de Maeterlinck, nous pensons que cette comédie fut l’occasion pour ce grand metteur en scène de s’amuser.

En mai 1947, au théâtre de l’Humour le Groupe Art Moderne, la jeune compagnie que nous avions fondée, Jean Mercury et moi, nous nous installions dans ce charmant Théâtre rue Fontaine pour présenter “Le Génie Camouflée”. A cette époque, nous étions jeunes ou plutôt encore jeunes et pleins d’ambition, pour nous, il fallait des auteurs sortant des thèmes habituels, c’est pourquoi, nous avions choisi “Le Génie”.

A la relecture aujourd’hui, je dirai que c’est une pochade pour se distraire : un compositeur de musique modeste, une épouse ambitieuse et quelques autres personnages autour.

Voilà le thème :

Qui est le Génie ? Celui ou celle qui manipule l’autre dans le couple ? Sommes-nous en présence d’une marionnette ou d’une ambitieuse ? La réponse n’est pas dans le texte mais chez le spectateur.

C’est l’époque de toutes les tentatives, de toutes les audaces qui ne durent parfois qu’un soir…

Rene Ghil

René Ghil, poète, essayiste, son ami et collaborateur fidèle de la Revue de l’Epoque, présentait Pantoun-Pantoun en franco-javanais par amour pour la javanaise rencontrée à l’Exposition Universelle. Pour 3 soirées, Guillaume Apollinaire avec “les Mamelles de Tirésias”, voyait sa pièce assassinée, en une seule soirée sous les huées du public etc. C’était une époque de bouillonnement culturel intense, de tentatives provoquantes où, déjà, le théâtre comme la poésie, sortaient des lieux habituels.

Roger Lauran, metteur en scène